ET SI ON DECIDAIT DE RENTRER

22 mai 2018

Détente assurée ;-)

Om Mani Padme Hum - Ongmanibamai - Daiqing Tana

Posté par SASHAH à 15:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


Byron Katie à paris

7bd55defb9.html

Avant l'évènement du 30 juin avec Byron Katie au Grand Rex
Découvrez le Travail en direct :
Visio-conférence avec Byron Katie

Sur Facebook et Youtube
Gratuite, en direct, traduite en français
Mercredi 23 mai 2018
à 19h30 heure française.

Plus d’informations pour participer sur www.byron-katie-paris.com

 

Byron Katie au Grand Rex à Paris le 30 Juin 2018
Atelier d’une journée
9h30-17h

Aimer ce qui est

Informations et réservation

www.byron-katie-paris.com

Byron Katie, avec son humour et sa clarté bienveillante et sans concession, va vous faire découvrir : le Travail.

Le Travail de Byron Katie est une démarche à la croisée de la philosophie pratique et de la psychologie qui vise à remettre en question nos schémas de pensées de façon simple et radicale afin de ne plus souffrir inutilement.
Byron Katie propose une approche originale et très pratique de la non-dualité sur un mode d’expérimentation direct.

Venez découvrir Byron Katie et sa démarche au cours d’une journée interactive, vivante et qui promet d’être riche en émotions et en découverte de soi.

Traduction en français assurée.

Tarifs préférentiels jusqu’au 1er juin

 

J'ai besoin d'un amoureux

LIEN

Quelque chose ne va pas chez moi

LIEN :

Face au cancer

LIEN 

AIMER CE QUI EST 

Aimer ce qui est présente une démarche étonnamment simple et pourtant d’une incroyable efficacité pour se libérer du stress et mieux vivre sa vie. « Ce n’est pas la réalité qui nous fait souffrir, nous dit Byron Katie, mais nos pensées sur la réalité. » Le Travail de Byron Katie, fondé sur quatre questions simples et profondes à la fois, permet à chacun de se libérer des illusions et des limites du mental qui nous bloquent l’accès à la sérénité, à l’amour et à la joie de vivre.
Aimer ce qui est est organisé comme un manuel pratique qui vous guidera pas à pas pour découvrir et mettre en pratique le Travail pour vous-même. Un DVD de plus de 2 heures en français présente le Travail en action.     
LIEN :

LIBRE – Un mental en paix avec lui-même

Un ouvrage pour libérer son esprit, ouvrir son cœur et transformer sa vision du monde. Byron Katie commente le Soûtra du Diamant à la lumière de son incroyable expérience vécue.

« Byron Katie parie sur le pouvoir de la compréhension. C’est absolument fascinant.
Qui, au fond, croit vraiment qu’interroger une situation peut lui permettre de découvrir la vérité ? Or, c’est là ce que montre le Travail proposé par Byron Katie. 
« Je fais le vœu que ce livre vous éclaire et vous aide autant que je l'ai été. »
Extrait de la préface de Fabrice Midal ;   
LIEN :

AIMER SANS LIMITES
Qui seriez-vous sans vos histoires ?

Cet ouvrage présente quinze dialogues avec Byron Katie dans lesquels elle applique le Travail à tous les domaines de la vie : carrière, amour, famille, maladie et deuil, problèmes financiers, relations avec nos proches et avec nous-mêmes.    LIEN :

 Informations et réservation

www.byron-katie-paris.com 

 

Christine MALLEN -  Com Turquoise
Communication - Relations Presse - Organisation d'évènements
 

tel : 06 75 02 67 45
site internet : www.comturquoise.fr

Posté par SASHAH à 10:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

21 mai 2018

ÉLOGE DU VOYAGE IMMOBILE...(Daniel Meurois) (rediffusion)



À peine entrés dans le printemps et nous aspirons déjà à offrir un autre tempo à nos journées… Chacun sait que le soleil qui se fait plus présent a souvent pour bienfait de nous inviter à réduire le régime du moteur de notre vie. Heureusement, d’ailleurs, qu’il continue à se montrer car, bon an, mal an, même si n...otre société nous éduque à agir et à produire sans arrêt pour avoir la sensation d’exister, il nous rappelle qu’il est bon, malgré tout, de se savoir simplement être. Je veux dire être… sans avoir à prouver quoi que ce soit, juste pour vivre et s’attarder aux beautés souvent discrètes de notre monde.
Oh, il ne s’agit pas pour moi de faire ici l’éloge de la paresse car le ¨lézardage¨ ne m’est pas confortable. Ralentir notre rythme peut seulement signifier arrêter de gesticuler.
En effet, en regardant nos modes de fonctionnement, j’ai souvent constaté que nous oeuvrons beaucoup moins que nous ne le pensons mais que nous nous agitons énormément, bref que nous brassons facilement du vent sans même nous en apercevoir.
Notre monde est un monde de dispersion où les sollicitations constantes et les faux besoins de tous ordres nous détournent de nous-même.
Et se détourner de soi-même constitue, lorsque cela dure, une véritable pathologie. En revenir à soi, retrouver son centre n’a rien à voir avec une forme d’égocentrisme ou d’égoïsme. Si l’on n’est pas bien avec soi, comment l’être avec autrui et faire notre part pour l’harmonie de là où nous vivons.
Prendre la décision de ne plus gesticuler, c’est à cela que ça sert. Redonner de l’importance aux choses qui en ont, c’est assurément fabriquer de l’oxygène pour notre âme. C’est bon au sens plein du terme sans qu’il soit besoin de philosopher. On se met alors en prise directe avec la vie et cela suffit.
Je me souviens d’une période où, à l’issue d’un problème de santé assez sérieux, j’avais été contraint de cesser toute activité durant un mois complet. Comme le seul fait de marcher plus de dix mètres d’affilée représentait déjà tout un défi, j’en étais venu à passer plusieurs heures par jour sagement assis sur un banc adossé à ma maison. Par bonheur, celle-ci était en pleine nature. J’ai toujours aimé la nature, c’est un fait, mais la regarder tout simplement d’un point fixe durant de longues heures sans pouvoir m’y déplacer ni ¨goûter ¨ à sa profondeur, cela me semblait difficile car frustrant.
Le décor que la forêt m’offrait était néanmoins beaucoup plus invitant que celui de mon bureau d'écriture et de n’importe quel fauteuil. Tout en me comparant avec humour à ces vieillards que l’on voit parfois assis du matin au soir devant leur porte, je me suis donc mis à contempler mon coin de nature dans l’inaction la plus totale. Je me voyais déjà en train de rédiger une chronique sur l’ennui…
Contrairement à tout pronostic, je ne faisais cependant que débuter une magnifique et touchante aventure…
Il ne s’est pas passé plus d’une ou deux heures sans que je ne commence à percevoir tout un ballet exécuté par les animaux ayant élu domicile alentours.
Bien sûr, je les connaissais, ces animaux. Il y avait les écureuils, le renard, la marmotte, le raton laveur et sa famille… sans compter une foule d’oiseaux de toutes sortes. Depuis longtemps je les avais remarqués, je les avais identifiés et je les aimais… au point d’avoir donné des noms à certains d’entre eux.
Pourtant… je ne les avais jamais vraiment vu vivre et être, bien trop occupé que j’étais à ¨agir¨ de mon côté. On se croisait… mais on ne se fréquentait pas. Du moins, je ne les fréquentais pas.
Immobile sur mon banc, j’ai commencé à être attiré par les allers et venues de certains oiseaux, par leurs façons caractéristiques de voler et par leurs fonctions. Ainsi que je n’ai pas tardé à le remarquer, chacun avait son rôle qu’il interprétait sans faillir. Au fil des jours, j’ai patiemment appris à décoder celui-ci… et cela en est devenu aussitôt passionnant.
Le merle, par exemple, entonnait un chant particulier qui annonçait à coup sûr la venue de la pluie…. C’était un chant très différent de celui par lequel il appelait sa ¨merlette¨.
Quant au geai bleu, il avait son cri bien à lui pour annoncer la fin des ondées et des orages. On aurait dit que tous les animaux de la nature l’attendaient comme une sorte de feu vert avant d’oser sortir des branchages et de reprendre leurs activités. Il était aussi le gardien d’un certain périmètre… au-delà duquel il passait le relais à l’un de ses semblables. Il suffisait donc que quelqu’un se profile au bout du chemin et j’en étais immédiatement informé.
Un chat rodait dans le sous-bois ? Un écureuil le signalait aussitôt en claquant bruyamment des dents.
Il venait à manquer des graines de tournesol dans la mangeoire suspendue ? Les mésanges savaient frapper énergiquement du bec sur son bois afin de me le signaler… Je n’entendais pas assez vite ? Alors elles s’en prenaient à la vitre d’une fenêtre, bien plus sonore.
La palme d’or de la communication a néanmoins été obtenue par mon ami le colibri venant faire du surplace dans les airs à cinquante centimètres de mon visage tout en poussant des petits cris caractéristiques. Sa danse bourdonnante durait jusqu’à ce que je finisse par comprendre qu’il n’y avait plus de liquide sucré dans la mangeoire qui lui était destinée. Fascinant…
Et puis, en regardant davantage vers le sol, j’ai remarqué que le putois faisait invariablement sa ronde vers dix-huit heures, que mon immobilité lui donnait envie de me renifler les pieds et que, lorsqu’il levait enfin la tête en humant l’air, c’était parce que la mère raton-laveur s’apprêtait à faire son apparition.
J’ai vite compris que tout ce petit monde se connaissait parfaitement et que chacun avait son tour pour entrer en scène et remplir son rôle.
Tout ce que les uns et les autres avaient peut-être attendu pour me le signifier et me montrer avec familiarité qu’ils existaient vraiment, c’était ma discrétion, mon silence, mes mouvements lents, en résumé ¨mon¨ autre façon de goûter à la vie, ma fusion avec le lieu.
Exprimé différemment, je dirais maintenant que j’avais appris à ne plus polluer mon coin de nature en cessant d’être aveugle à son agencement intime. Je ne gesticulais plus, même pas au dedans de moi.
En quelques jours d’apprentissage de cette forme de communion, je savais déjà dans quel arbre se trouvait la ruche sauvage, par quels trous les tamias sortaient du sol, quel circuit précis ils empruntaient pour éviter les faucons et j’attendais avec impatience que la marmotte vienne prendre son bain de soleil sur ¨sa¨ pierre.
Tout cela constituait le plus beau cadeau que je pouvais recevoir… Je ne doute pas que celui-ci m’ait appris une forme de lenteur dont j’ignorais auparavant la richesse enseignante.
Bien sûr, on me fera remarquer que j’avais alors le bonheur de bénéficier d’un environnement idéal pour ce genre de prise de conscience. C’est vrai… mais encore fallait-il le préférer aux séries télévisées dont on nous arrose à longueur de journée. Une télécommande, c’est toujours invitant de facilité…
Aujourd’hui, je n’ai plus ma maison dans les bois mais j’ai emporté avec moi l’idéal qu’elle m’a fait toucher de l’âme. Son souvenir a élargi ma compréhension du rapport que l’on peut entretenir avec le lieu où notre destin nous a placés. Et finalement peu importe ce lieu….
Si on décide de ralentir le rythme et d’écarter le rideau du temps pour regarder ce qui se passe autour de nous, en nous, et qu’on ne voit jamais, même un petit morceau de balcon en ville, même le rebord d’une fenêtre peuvent suffire à faire naître un dialogue avec un ami à plumes, l’un de ces petits frères qu’il est urgent de réapprendre à voir. Je l’ai également expérimenté, n’en doutez pas.
Certains me diront qu’on n’a pas le droit d’attirer les pigeons. À ceux-là je répondrai que moi, je le prends ce droit, tout simplement parce qu’au-delà des prétextes de ceux qui légifèrent en gesticulant, je considère que ce droit est basiquement humain. Il empêche le cœur de se dessécher, il donne une autre saveur et une autre dimension à la cadence de notre existence.
Contrairement à ce que dit une certaine chanson, je suis certain qu’il ne conduit pas à vivre sa vie par procuration mais plutôt à se la réapproprier un peu, en faisant une tendre pause parmi son vacarme.

Daniel Meurois

NP le nouveau paradigme

ÉLOGE DU VOYAGE IMMOBILE...http://www.2012un-nouveau-paradigme.com/

Posté par SASHAH à 19:50 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

20 mai 2018

Belle soirée à tous !! (Un Amour Éternel - film)

 

Elisabeth est amoureuse de Johnny, transformé en vampire...

 

Posté par SASHAH à 17:04 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

Vous recréez inconsciemment ce que vous avez perdu ( par: unepetitelumierepourchacun.com)

Message de Catherine

Que voilà de longues connaissances sur les navires. Que voilà des textes satisfaisants.

Autrefois, il n’y a pas si longtemps, l’espèce humaine maîtrisait l’ingénierie de vol, l’exploration spatiale.

Celle-ci fut effectuée et eut lieu avec succès, jusqu’aux différentes planètes du système solaire et un peu au-delà, vers les systèmes stellaires voisins.

Tout cela était rendu possible par la transmutation des champs spatio-dimensionnels que permettait l’usage de l’antigravité.

En ne pesant plus sur la trame de l’espace temps, un engin propulsé à haute vitesse est désinscrit temporairement des champs de causalité, du présent, du devenir.

Il devient son propre devenir, il ne pèse plus, il peut voguer très vite et très loin. Cette courte échappatoire doit être parfaitement maîtrisée, les phases de rebond et de décélération sont les plus cruciales. Car si cet engin perd ses caractéristiques d’inscription première, il sera propulsé en un autre lieu, un autre temps, il risque de ne pas retrouver son chemin.

Voyez-vous l’engrenage ?

Mais tout cela a une fin, la curiosité, l’exploration, l’au-delà.

Je suis de mon côté parvenue à un haut niveau de connaissances, que je vous fais partager. Ici dans le monde d’après il en est ainsi. Nous sommes parfaitement au courant de l’existence d’autres formes de vie, d’autres civilisations, que les nantis au pouvoir nient désespérément malgré l’abondance de preuves matérielles et scientifiques.

Cela est désastreux pour leur future crédibilité et précipitera leur chute, puisque la vérité a fait surface.

Nous sommes heureux donc de constater que de plus en plus de vaisseaux affluent vers la Terre.

Vous pouvez vous ressouvenir maintenant, de vos passés brillants de glorieux explorateurs de l’espace. Cela est inscrit en vos vies antérieures, en vos gènes. Cet encodage séculaire fait surface à travers les meilleurs films de science fiction. Vous recréez inconsciemment ce que vous avez perdu.

Vous parvenez à le réaliser vraiment.

Nous vous félicitons et vous remercions pour votre brillant esprit d’aventure. Oui, car dans le passé, vos nefs étaient imbattables à la course, plus rapides que le vent et que la lumière. Vous n’aviez nulle peur de ce que vous alliez trouver au-delà.

Vous étiez conscients que c’est en ayant les plus grandes aspirations vers le meilleur, que celui-ci vient à vous de manière absolument certaine.

Ne doutez pas, concentrez-vous sur ce meilleur. Opérez une lumineuse transmutation de vos doutes, en joie, en heureux avancement de votre destin.

Qu’est ce qui serait le mieux pour vous, qui vous propulserait au sommet du bonheur ?

Vous tenez là le maillon essentiel de votre vie. Brandissez le haut et fort au delà de votre lendemain, à chaque jour qui s’en vient. Et ce que vous rêvez de voir se produira, de manière absolument certaine, grâce à cette visualisation faste.

Nous vous embrassons très fort, nous, êtres de l’après-vie, qui voyons clairement au fond des choses,

Je suis Catherine du Royaume de l’Après vie et je vous

aime tous et toutes, soyez bénis,

Transmis le 19 mai 2018 par Aurélia Ledoux

Source : http://www.unepetitelumierepourchacun.com

Partagé par : www.messagescelestes-archives.ca – Messages Célestes

Posté par SASHAH à 17:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

19 mai 2018

Entretien du Dr Hamer

Entretien du Dr Hamer au sujet de son nouveau livre « Mein Studentenmädchen »

 

 

Docteur Hamer " Seul contre tous " le film

 

Canción original del Dr Hamer, para sanar. (una hora) 432Hz

Posté par SASHAH à 13:30 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

18 mai 2018

par Aurélie Pech..Vivre sa médiumnité….Et... : Assumer sa médiumnité par: spiritualité pour gens futés (toujours d'actualité:-)

medium

Je me posais tout à l’heure la question suivante « pourquoi suis-je un peu hermite »? La réponse m’est enfin apparue comme une évidence.

Je suis médium et aussi guérisseuse depuis petite, je ressens les PBs moraux et même souvent les douleurs physiques des autres, si je suis connectée à eux, ce qui se fait naturellement.

Si quelqu’un a mal au dos j’ai mal au dos, si quelqu’un a des crampes d’estomac idem, je peux sentir sa douleur, etc. Si quelqu’un est mal dans son être je le sens et je suis mal tant que je n’ai pas « aspiré » le mal hors de cette personne…

Du coup, j’évite tous les endroits surpeuplés au maximum. Je vis d’ailleurs loin des centre villes, qui sont de véritables enfers terrestres pour moi.

En plus, je suis un aimant à âmes défuntes (celles qui n’ont pas encore accédé aux autres plans de conscience car mort violente par exemple). Pour certaines c’est automatique, pour d’autres qui sont coupées de la source depuis trop longtemps, il y a une phase d’errance sur le plan terrestre, le temps qu’ils reprennent « conscience » de leurs origines.

Ces âmes défuntes je les sens dès que je suis en leur présence. Quand je rentre dans une pièce je sais immédiatement s’il y en a et combien.

Je communique avec eux, j’apprends un ou deux trucs sur eux et je dois ensuite les « réveiller » pour qu’ils réalisent qu’ils sont morts et qu’ils doivent retourner d’où ils viennent. C’est assez simple car je suis « canalisée » et je leur dit exactement ce qu’ils ont à entendre pour lâcher prise…

Une seule fois j’ai du faire appel à une collègue médium pour aider une personne décédée  et réticente à quitter ce plan. Je n’y parvenais pas toute seule… Trop de doutes à ce moment là étaient en moi…

Je suis obligée de faire passer deux à trois âmes par quinzaine pour ne pas m’épuiser, car ces âmes me pompent littéralement mon fluide vital.

Cela ce passe au niveau de mes corps subtils, il créent une brèche en « absorbant » mon énergie et mon corps physique étant mal protégé, je suis ensuite plus exposée à la fatigue chronique et parfois aux maladies.

Heureusement, un tel don ne vient pas sans compensation et je me recharge en énergie par diverses méthodes. Le mieux étant à la longue de ne plus jamais perdre d’énergie, ce que certains sont parvenus à faire avec l’expérience.

Une des clés étant d’être dans l’Amour de l’autre et le don pour que l’échange d’énergie se fasse de la bonne manière, et que l’on reçoive en retour…

Je sais que beaucoup n’y croient pas, car évidemment ça ne se passe pas comme dans les films, c’est tout autre dans la vraie vie. Pourtant ça existe vraiment! C’est même courant à vrai dire…

Les gens ne savent pas que certaines des pensées et des sensations qu’ils ressentent ne leur appartiennent pas. Les âmes défuntes ne font pas forcément exprès de « vampiriser » l’énergie. Elles se rapprochent des personnes qui sont susceptibles de leur fournir des fréquences vibratoires plus élevées car elles sont attirées par ces fréquences.

En bloquant cela on lutte pour rien, on se fatigue. Mais si on en prend conscience, on peut accepter de prêter un peu de notre énergie avec Amour et ainsi aider l’âme de la personne à passer sur un autre plan.

Faire passer une âme est extrêmement facile si l’on a pas peur, si l’on est dans l’Amour Inconditionnel. Ainsi on accepte de donner un peu de notre fréquence à cette âme perdue. Imprégnée de cette énergie, qui est tout simplement l’Amour, elle peut se hisser vers un autre plan vibratoire et rejoindre sa famille d’âmes.

Il faut tout réapprendre en matière de vie, de mort, d’au delà et de Médiumnité. On est pas dans l’occulte, au contraire, on est plus proche de la vraie vie. C’est nier tout ça qui est contre nature.

La vie est un acte d’Amour envers l’autre, qu’il soit incarné ou désincarné. Il faut traiter les morts comme des vivants, en transit d’un plan à l’autre. Il ne faudrait d’ailleurs pas les appeler « les morts », car au fond ils sont bien plus vivants que nous…

Si vous avez un tel don, dites vous que c’est une bénédiction si vous l’assumez. Si vous le fuyez, vous n’aurez que le côté négatif de ce don, mais si vous l’acceptez vous aurez la joie d’aider les autres âmes… C’est une joie indéfinissable qui offre en échange un retour d’Amour Universel infini, comme on ne soupçonnerait pas.

C’est ainsi que depuis quelque temps, je commence à vraiment m’éclater avec ce don. Depuis que je l’accepte et que j’accepte de me faire aider justement par les autres êtres que je ressens et qui eux sont les âmes des guides de lumière.

Ils m’ont enseigné beaucoup de choses afin que je comprenne certains mécanismes de l’Univers comme: ce qu’est une âme, qu’est ce que l’étincelle divine qui l’anime, combien de plans traversent les âmes en mode individualisé avant de fusionner de nouveau vers la source…

J’ai encore le souvenir de tous ces mécanismes qu’ils m’ont montré lors de moments spéciaux, mais je ne saurais les expliquer avec des mots sans que quelqu’un surgisse avec une théorie pour tenter de rationaliser tout ça!

En plus, plus j’essaie d’expliquer ces phénomènes et plus j’oublie ce que j’ai vu et ressenti, comme si ça s’effaçait de ma mémoire quand je tente d’en savoir plus avec mon mental. C’est fait exprès car on en ferait mauvais usage avec trop de mental je pense!

J’ai longtemps refusé mon don mais j’en souffrais vraiment beaucoup car j’étais coupé de la lumière et je ne pouvais plus compenser le phénomène « fuite » d’énergie.

Maintenant je le vois différemment car j’ai accepté d’aimer tous les êtres, qu’ils soient des guides ou des âmes de défunts, et petit à petit je reçois de plus en plus de clés pour mieux comprendre tous ces mécanismes et savoir comment faire mon job …

En espérant que mon témoignage aidera certains…

Avec Amour,

Rédigé par : Aurélie Pech

Coach en Éveil Spirituel - ToulouseAurélie PechAurélie Pech,

http://www.smilingsky.fr

Publié par  le 30 mar, 2013 sous Aurélie PechCHRONIQUESMANCHETTESNOUVELLE CONSCIENCE |

Publié par  le 28 mar, 2013 sous PERCEPTION EXTRASENSORIELLE |

Posté par SASHAH à 20:01 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,