31 mars 2017

Une chirurgie révolutionnaire par ultrason guidé par IRM pour les tremblements essentiels (Rusty james )

big-history-les-montagnes-episode-8

Réduire les mouvements involontaires des malades touchés par les tremblements essentiels serait possible grâce aux ultrasons guidés par IRM.

 Les ultrasons guidés par IRM seraient efficaces pour traiter les patients atteints des tremblements essentiels, une maladie neurologique et génétique peu connue qui touche 300 000 personnes en France (source : aptes.org). Selon les résultats d'une étude publiée dans la revue médicale The new England journal of medecine. Cette méthode non invasive et sans effets secondaires diminuerait les mouvements involontaires des malades,caractéristique principale de la maladie.

 

Une amélioration des mouvements involontaires de 47% 

Une chirurgie révolutionnaire sans scalpel s'avère réussie 

Toronto,  Un Canadien d'abord, les scientifiques du cerveau de Sunnybrook ont ​​été les pionniers de l'utilisation de l'échographie focalisée guidée par IRM pour traiter avec succès une poignée de patients souffrant de tremblements débilitants dans leurs bras et leurs mains. 

«Cette nouvelle procédure non invasive révolutionne la médecine», explique le Dr Michael Schwartz, chercheur principal d'un essai clinique en début de traitement et responsable de la Division de neurochirurgie du Sunnybrook Health Sciences Centre. «Notre objectif était d'évaluer la sécurité et l'efficacité initiale de l'échographie focalisée guidée par l'IRM dans le traitement des patients atteints de tremblements invalidants, et nous sommes optimistes quant aux résultats que nous voyons jusqu'ici . Cette technologie pourrait avoir des répercussions profondes pour de nombreuses affections cérébrales, y compris Les tumeurs cérébrales et d'autres troubles du mouvement ". 

Cette procédure ambulatoire est décrite comme une «chirurgie sans scalpel» en raison du manque d'incision. Il n'y a pas d'anesthésie générale requise et le patient reste éveillé et alerte pendant le traitement et peut rentrer chez lui le lendemain. Bien que seulement cinq patients aient été traités jusqu'ici au Canada, la procédure semble être sûre et associée à des effets secondaires limités. 

Dans ce procès, la technologie permet aux enquêteurs de focaliser les ondes ultrasonores sous la direction de l'IRM à travers le crâne d'un patient pour atteindre une zone située au fond du cerveau. L'échographie focalisée est ensuite utilisée pour léser les cellules responsables du tremblement. 

Au cours du traitement, le retour en temps réel de l'IRM fonctionne comme une «carte» thermique pour le chirurgien. Il est utilisé d'abord pour identifier la cible, pour la planification du traitement, et est ensuite utilisé pour guider l'échographie à mesure qu'elle est appliquée. Enfin, il est utilisé pour déterminer immédiatement si le traitement a fonctionné. 

L'étude a inclus des patients âgés de 18 à 80 ans, souffrant d'un «tremblement essentiel» chronique. Dans ces cas, le médicament n'a pas réussi à contrôler l'état. Les participants n'avaient qu'un seul côté du corps traité. 

«Il y a eu une amélioration nettement visible et dramatique du tremblement dans les cas de patients observés jusqu'à présent», explique le Dr Andres Lozano, une neurochirurgie au Centre de Neurosciences de Krembil de l'Hôpital Toronto Ouest et co-chercheur de l'étude. "L'amélioration de la main dominante est observée alors que le patient est encore dans le scanner IRM. Trois mois après la procédure, il y a eu des améliorations significatives dans les activités telles que l'écriture et la consommation d'une tasse, ce qui n'était pas possible avant la chirurgie". 

L'étude est le résultat d'une collaboration entre les principaux experts mondiaux de la physique des ultrasons et de la radiochirurgie à Sunnybrook ainsi que la chirurgie du désordre de mouvement au Centre de Neurosciences de Krembil à l'Hôpital Toronto Ouest. ExAblate Neuro dispose d'un appareil spécialisé en casque, fabriqué par InSightec Ltd. d'Israël, qui transmet les ondes ultrasonores et est le seul système d'échographie focalisé sur le marché avec la capacité d'effectuer des procédures cérébrales. 

"Parce que le cerveau est l'organe le plus difficile à traiter, nous croyons que l'un des meilleurs moyens de valider et d'avancer le champ entier de l'échographie axée sur l'IRM est de soutenir le développement rapide d'applications cérébrales prometteuses", a déclaré le Dr. Neal Kassell , Président de la Fondation d'échographie ciblée. «Nous sommes ravis de collaborer avec l'équipe de Sunnybrook, qui est l'un des sites les plus performants au monde. 

"Notre expérience clinique avec une échographie focalisée est assez tôt et les résultats préliminaires, alors que nous sommes optimistes que cet essai conduira à des options de traitement sûres et efficaces pour les patients souffrant de tremblements essentiels à l'avenir, plus de recherche est nécessaire pour les effets à plus long terme Et l'efficacité clinique ", ajoute le Dr Schwartz, également professeur au Département de chirurgie à l'Université de Toronto. 

Le tremblement essentiel est le trouble du mouvement le plus répandu et est souvent résistant aux traitements médicaux. Une grande partie des patients atteints de la maladie ont réduit la qualité de vie liée à une déficience dans l'utilisation de leur main dominante pour manger, boire, écrire et d'autres activités nécessitant des mouvements fins. 

Récemment présenté lors de la réunion annuelle de la Société de Neurochirurgie de Langue Française à Paris France, cette étude prospective, non randomisée, à un seul bras est menée selon un protocole approuvé par Santé Canada. Cela a été rendu possible par un partenariat public / privé impliquant Sunnybrook, InSightec et la Fondation d'échographie ciblée, qui finance l'étude. À ce jour, cinq participants ont subi le traitement dans le cadre du procès, et un autre est requis pour l'achèvement de l'étude. 

En plus des départements de neurochirurgie à Sunnybrook et Toronto Western Hospital, d'autres collaborateurs de cette étude proviennent de la plate-forme des sciences physiques et des départements de l'imagerie médicale, de la neurologie et de l'anesthésie à Sunnybrook et de la division de neurochirurgie de l'Université de l'Alberta. 

Les essais sont actuellement planifiés ou en cours à Sunnybrook pour appliquer des ultrasons focalisés guidés par MR pour traiter les cancers et les tumeurs du cerveau, du sein, de l'os, du cou et du rectum, ainsi que des fibromes utérins bénins.

cette technique d'ultasons guidés par IRM  existe en france notamment a paris

Hôpital de la Pitié-Salpêtrière (Paris XIIIe). Des équipes de l’AP-HP depuis l’Institut du cerveau et de la moëlle épinière (ICM) à la Pitié-Salpêtrière, menées par le professeur Alexandre Carpentier, ont mis au point une méthode novatrice à partir d'ultrasons pour mieux traiter les tumeurs (primitives) au cerveau.

LP / Olivier Boitet

 
Claudine Proust
 

C’est une première pleine de promesses, made in France, dont les résultats sont publiés ce mercredi soir dans la revue internationale «Science Translationnal Médicine». Une méthode novatrice testée par des équipes de l’Assistance publique des Hôpitaux de Paris depuis l’Institut du cerveau et de la moëlle épinière (ICM) à la Pitié-Salpêtrière, menées par le professeur Alexandre Carpentier : des ultrasons peuvent venir au secours des médecins pour mieux traiter les tumeurs (primitives) au cerveau. En rendant momentanément la barrière encéphalique perméable, ils permettent en effet de mieux diffuser les médicaments, ce qui ouvre également la voie à un espoir pour d’autres maladies, Alzheimer en tête.

  

Le traitement des tumeurs cérébrales malignes repose aujourd’hui d’abord sur une opération délicate pour les extraire. Une chirurgie forcément suivie de séances de chimiothérapie et de radiothérapie, parfois menées en même temps. Objectif : nettoyer l’ensemble du cerveau, apparemment sain, mais que l’on sait infiltré de cellules tumorales qui ne demandent qu’à récidiver.

  

Le problème, c’est que le cerveau est... trop bien conçu. La nature l’a mis bien à l’abri derrière une barrière hémato-encéphalique : une paroi de « micro-vaisseaux doublement étanches, aux jonctions très serrées » explique le neurochirurgien Alexandre Carpentier. « Cela le protège des polluants, des protéines et de tout ce qui pourrait causer des dépôts » pour ne laisser passer que les nutriments essentiels à son fonctionnement : l'oxygène et le sucre.

 

Percer momentanément une barrière étanche pour que le traitement atteigne son but

Conséquence : « 99% des médicaments qui existent ne passent pas. Ou au mieux à un pourcentage très faible. » Seul 4% d’une chimiothérapie au carboplatine - le plus ancien traitement, sans toxicité cérébrale - parvient ainsi à son but, en ayant franchi la barrière hémato-encéphalique. « Pour atteindre la toxicité suffisante contre les cellules tumorales, il faudrait augmenter la dose de chimio de 300%, ce qui serait absolument impossible à supporter pour le patient » détaille le médecin.

Abattre la barrière, « on en rêvait depuis des années », souligne ce spécialiste du cerveau. A condition de pouvoir le faire pour un laps de temps seulement, sauf à mettre le cerveau en danger. Cela avait déjà été rendu possible chez des souris.

Les résultats de l’essai clinique mené sur 20 patients en récidive de tumeur maligne, publiés ce mercredi soir, montrent pour la première fois que c’est aussi possible - et sans danger - chez l’homme. Et ce grâce au dispositif ultrasonore SonoCloud® développé par la start-Up CarThéra, hébergée à l’ICM. 

Concrètement, une sonde est implantée dans l’épaisseur du crâne et activée pour délivrer des ultrasons. Deux minutes suffisent à perméabiliser la barrière hémato-encéphalique pendant six heures, le temps de dispenser sa chimiothérapie classique par intraveineuse au patient. 

«L’homme ne sent rien de ces deux minutes d’ultrasons », dont les chercheurs ont vérifié pendant, avec eux, puis après, par IRM, que cela n’atteignait aucune fonction cérébrale importante. La diffusion des molécules de chimio se révélait en revanche 5 fois plus importante que d’habitude. L’étude doit se poursuivre pour juger de l’amélioration de la survie des malades.

 

Si l’on peut pressentir et espérer que le dispositif permettrait d’ici quelques années de dispenser un traitement à la fois moins lourd et plus efficace contre les tumeurs cérébrales, les chercheurs lui voient déjà des applications bien plus vastes. Notamment dans le traitement de la maladie d’Alzheimer, sans traitement efficace à ce jour et où les anticorps n’arrivent pas à franchir la barrière du cerveau.

Les chercheurs de la Pitié-Salpêtrière doivent donc prochainement demander l’autorisation des autorités sanitaires pour mener un essai similaire sur cette maladie neurodégénérative.

le CHU  de tour est equipé de cette technologie a ultrason ,cherché dans votre région vous aurez peut etre l'agreable surprise de trouver cet equipement qui n'attend plus que vous .

Bon courage Rusty james .

pensez a prendre du charbon activé avec cela vous soulagera ainsi que 3 heures après le charbon du maleate de magnesium

1000 mg par jour plus tryptophane pour dormir sereinement a prendre le soir AVEC VIT d3

 

Une chirurgie révolutionnaire par ultrason guidé par IRM pour les tremblements essentiels 

rusty james news

Posté par SASHAH à - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


Commentaires sur Une chirurgie révolutionnaire par ultrason guidé par IRM pour les tremblements essentiels (Rusty james )

Nouveau commentaire